« Un Noël là-bas » Guadeloupe

En Guadeloupe, comme en Martinique, en Décembre, c’est la saison sèche, appelée Carême.

Ici, dès le mois de Novembre et durant tout le mois de Décembre, période particulièrement festive, de partage et d'échange, les Guadeloupéens perpétuent eux aussi la tradition des “Chanté-Nwel”. Ces chants religieux «créolisés», accompagnés de tambours, de Ti Bwa ou d’instruments «faits maison», sont parfois chantés au rythme du Gwo Ka, genre musical typique très présent en Guadeloupe, qui allie à la fois la musique, le chant et la danse..

 

On dresse les tables sur madras, décorées de feuilles de bananier et de bouquets de filaos, car c’est également l’occasion de partager de succulentes spécialités, à commencer par le Schrubb, La liqueur de Noël, à base de rhum dans lequel on a fait macérer des écorces d’agrumes séchées au soleil, ou encore des punchs aux fruits, du sirop de groseille, l’incontournable Ti’ Punch et bien sûr un bon rhum vieux.

 

Ici aussi, le cochon est le roi de la fête. Toute la famille participe à la préparation des différentes mets comme les petits boudons antillais aux épices, le célèbre et indispensable jambon de Noël, car sans lui le repas de Noël n’en serait pas un, les petits pâtés, le ragout, et bien d’autres délicieuses recettes encore.

 

Le repas traditionnel ressemble donc beaucoup à celui servi en Martinique. Il commence par un apéritif, où l’on propos donc les petits boudins, le jambon, ainsi que des accras de morue, de crevettes ou autres, des petits pâtés de viande des gratins de cristophine, des mets à base d’igname, de riz et de pois d’Angole.

 

En dessert, on sert généralement des gâteaux coco, des surettes confites, des salades de fruits et du chaudeau, sorte de lait de poule à l’antillaise à base d'œuf, de lait, de vanille, de citron vert et de muscade.

 

Le Noël Kakado, qui se déroule pendant 4 semaines avant Noël, est une autre tradition typiquement ancrée dans la culture guadeloupéenne, et plus précisément à Vieux Habitants, sur la Côte ouest de la Basse Terre. On y perpétue ce rituel dans la période de l’avent au cours de laquelle toute la population intronise un jeune homme et une jeune femme d’un quartier. Après une procession, ils reçoivent un bouquet de grains de cerises de café de couleur rouge. C’est en effet la couleur des fruits du caféier quand ils sont encore sur l’arbre ou viennent d’être récoltés et qu’ils n’ont pas encore été séchés. Les deux jeunes sont ainsi sacrés Roi et Reine, et président la crèche Kakado, lieu des réjouissances.Chaque vendredi, la Reine transmet son rôle à la Reine de la ville voisine qui reprend le flambeau pour la semaine suivante. Ces festivités sont une occasion unique de se retrouver. Elles attirent beaucoup de monde, locaux et touristes, car on y danse, on y chante, et on y déguste toutes sortes de spécialités.

Ce drôle de nom Kakado est en fait le nom d’un petit crustacé de rivière que les anciens pêchaient pour que le 25 décembre soit un jour d'abondance et de total partage pour tous.


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.