"Un carnaval là-bas" - Martinique

"Un carnaval là-bas" - Martinique

 

Le Carnaval de Martinique, extrêmement festif, joyeux et coloré, est un des évènements majeurs de l’île. Très ancré dans la tradition, il démarre vers la mi- février, et se déroule principalement les jours «gras», c’est à dire ceux qui précèdent le carême, du dimanche gras, au mercredi des CendresSa grande particularité est d’être véritablement créatif et participatif. 

 

Si Fort-de-France regroupe la grande majorité des Carnavaliers, c’est toute l’île qui vit intensément cette période de fête et de joie, bruyante et colorée. 

 

Partout, des groupes de femmes et d’hommes costumés d’humeur très joyeuse et des orchestres paradent dans les rues sur des rythmes chaloupés. Traditionnellement les chansons s’inspirent des faits d’actualité en les tournant en dérision. 

 

Le dimanche gras, fête des couleursest le jour où le roi Vaval est présenté. Vaval, un mannequin géantBwa Bwa, que l’on promène sur un char à travers toute la ville, symbolise le climat politique et social de l’année passée. Ce jour là, les carnavaliers revêtent des costumes très colorés, déclinant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et qui font preuve de beaucoup d’imagination. 

 

Le lundi, fête de l’inversion est le jour des mariages burlesques. Les femmes se déguisent en hommes, et les hommes en femmes. Des cortèges insolites accompagnent ces couples inversés. Très humoristique, ce moment est très prisé par toutes les familles.  

 

Le mardi gras, la ferveur est à son comble. C’est le jour des Vidé pyjamaDès 5 heures du matin, des groupes déambulent bruyamment dans les rues en chantant et en jouant de la musique, généralement sur des tambours et des instruments réalisés avec des matériaux de récupération. Ils invitent ainsi les dormeurs à se réveiller pour les rejoindre en pyjama 

C’est aussi le jour des diables rouges, qui surgissent pour parader avec leurs cornes et leurs costumes ornés de petits morceaux de miroir et effraient les enfants pour leur plus grand plaisir. Les carnavaliers sont vêtus de rouge et noir. 

 

Le mercredi des Cendres, est le jour des reines dont les élections se font les jours précédant : la reine du carnaval, choisie pour l’originalité de la tenue dans laquelle elle se sera présentée, la reine mère, une femme âgée de 60 ans au moins, et une mini-reine, âgée de 10 à 12 ans. Tous les carnavaliers, vêtus de noir et blanc, feignent le deuil et bien que fatigués, escortent le roi, entouré de ses diablesses. Ils vivent les derniers moments de vidé dans une émotion teintée de joie irrépressible. Au coucher du soleil, le brasier emporte Vaval et les ennuis de l’année passée qu’il incarne. Il est pleuré par les Guiablessesles veuves éplorées.  

 

Ces codes couleur sont très importants et très respectés par tous les carnavaliers. 

 

Durant toute cette période, de multiples animations sont organisées comme des concoursdes expositions, des spectacles, ainsi que des bals costumés sur des thèmes très variés. Les Martiniquais profitent du Carnaval pour se défouler. 

 

Les Bradjaksbwadjakssingularisent également le Carnaval Martiniquais. Ces très vieilles voitures, très bruyantes, vivement décorées selon un thème, une couleurou même un sujet d’actualité, transportent de bruyants petits groupes de Carnavaliers. 

 

 

D’autres personnages comme les hommes d’argilesKarolyn zyé kokli, une femme qui transporte son mari ivre sur le dos, ou encore Maryan Lapo fig, une femme déguisée en ours, font partie du folklore. 

 

A l’issue du sacrifice de Vaval, le carnaval est terminé. La période de 40 jours de restriction et de recueillement peut alors commencer.  


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.